Bordeaux Renaissance Soirée MSB avec Michel Rolland
Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0Google+0Pin on Pinterest0

Une dégustation, suivie d’un diner à Bordeaux auquel participait Michel Rolland est le type de soirée qui ne se refuse pas. J’étais invité à une dégustation privée de vin provenant de la rive droite et de la rive gauche. Il y avait 12 bouteilles au total. Nous devions indiquer leur provenance, donner notre point de vue sur chaque bouteille et les classé dans un ordre , puis donner nos résultats à notre hôte. Michel Rolland et son confrère Bruno Lacoste faisant partie des invités, nul doute que leur opinion fut d’un grand intérêt pour notre hôte.IMG_0008 copy

Trois bouteilles du propre vin de notre hôte faisaient parties de ces 12 bouteilles pour une dégustation à l’aveugle, et notre hôte espérait que Michel Rolland les dénoterait au milieu de toutes ces bouteilles prestigieuses.

Cette soirée se termina bien puisque Michel Rolland et je dois ajouter ma femme, ont beaucoup aimé les vins de notre hôte et les placèrent en tête devant des crus classés. Personnellement, de façon plus prévisible, j’ai plaçé les Pauillac – Château Latour en premier et Chateau Lafite en second.

Nous étions un petit groupe d’invités à participer à ce diner intime au cours duquel nous avons dégusté deux magnums de Château Lafite Rothschild 1986, suivi sur le fromage d’un Porto Dow de 1945. Comme ce n’est pas tous les jours que l’on a l’occasion de discuter avec Michel Rolland, j’en profitais pour lui poser quelques questions.

Michel Rolland est un œnologue mondialement connu et un grand expert en vin de Bordeaux. Maxwell-Storrie-Baynes est un spécialiste reconnu dans la vente de châteaux en Bordelais. Je lui disais que le nombre de propriétés viticoles vendues en 2011 avait été spectaculaire et que cela continuait en 2012. En effet sur 25 ventes sur la rive droite, plus de 60% l’ont été à des acheteurs chinois, lesquels exportent ensuite leur vin en Chine. Les conséquences sont qu’une proportion significative de Bordeaux ne sont plus disponible sur les marchés traditionnels en Europe et aux Etats Unis. Je demandais alors à Michel Rolland si cela n’allais pas finir par provoquer une renaissance pour les vins de Bordeaux?

Sa réponse fut un “oui” plein d’enthousiasme et il ajouta que la puissance du nom de Bordeaux était telle qu’aucune autre région viticole dans le monde ne pouvait l’égaler. Il continua en disant que les propriétés viticoles à Bordeaux étaient notoirement sous évaluées, et qu’il suffisait de regarder le prix des vignobles dans toutes les régions viticoles dans le monde, pour s’en convaincre.

Je ne pouvais m’empêcher d’être en admiration devant ce “grand homme” (j’ai aussi aimé partager avec lui le même avis sur les Bordeaux), mais je dois dire que c’était vraiment rafraichissant de pouvoir discuter avec quelqu’un d’un abord si simple, agréable avec les pieds sur terre, quelqu’un de vraiment passionné par le vin et prêt à partager ses points de vue avec son interlocuteur.IMG_0035 copy

Bien entendu je lui ai demandé quels étaient ses vins préférés, une question incontournable pour quelqu’un exerçant une telle influence dans le monde du vin. Il m’a répondu que c’était les Bordeaux, parce qu’ils vieillissent si bien que le choix est immense et que c’est un vrai plaisir de les déguster lorsqu’ils ont vieillis. A contrario, pour les vins du nouveau monde, Napa par exemple, on ne trouve pas facilement de vins vieux.IMG_0030 copy

Je lui ai ensuite posé une question quelque peu impertinente « quel est votre vin préféré » ? Il m’a répondu que c’était les vins de 1947 et plus particulièrement un vin de la rive droite : Cheval Blanc ! Donc le château Cheval Blanc 1947, 1er grand cru classé A de St Emilion, est le vin favori de Michel Rolland.
Alors si j’en trouve, j’en prendrai une douzaine de caisses ………….. après avoir vendu ma maison pour payer la facture !
Ecrit pas Michael Baynes